Les Grues masculinistes

C’est une troupe d’équilibristes un peu particulière. Plutôt que les balles colorées, c’est les slogans homophobes et misogynes qu’ils préfèrent jongler. M’sieurs dames attention : les masculinistes débarquent en France.

Vous ne pouvez pas les avoir loupé. Deux clowns qui gesticulent désespérément, postés bien haut sur des grues. Ils peignent des phrases tristes en grosses capitales pour que tout le monde puisse les lire (« Benoit deux ans sans papa ») et clament à qui veut l’entendre qu’ils ne croient plus en la justice du pays.

© FRANK PERRY / AFP

© FRANK PERRY / AFP

On aurait grand tord de croire qu’il s’agit des actions de deux individus isolés. Si ces événements ressemblent à une opération de com réussie (si bien que monsieur le Premier Sinistre Ayrault est intervenu en personne), c’est parce que c’est le cas. On a affaire à une stratégie politique murement réfléchie, expérimentée ailleurs (au Québec et en Angleterre notamment), d’un groupe qui cherche à avoir voix au chapitre sur le Vieux Continent.

Qui sont ces deux « papas », d’ailleurs ? Le premier avait, suite à son divorce, enlevé son gamin. Un enlèvement qui ne s’était pas fait sans heurts ni violences. On ne les a retrouvé tous les deux que quatre mois après. Logiquement, la garde de son enfant lui a été retirée suite à cela et il a en outre été condamné à un an de prison. Le deuxième est accusé de violences conjugales et de maltraitances sur ses enfants. (Source)

Ces messieurs ne sont donc pas n’importe qui. Ils n’ont d’ailleurs pas tardé à révéler leur vrai visage de militant politique. Serge Charnay, le père qui avait escaladé la grue à Nantes, a rejoint la manif organisée par l’association SVP Papa dans la capitale de l’Ouest sitôt descendu de sa citadelle haut perchée. En haut de sa grue il avait d’ailleurs en permanence trois téléphones portables pour répondre aux journalistes. Un père désespéré mais surtout très organisé pour faire parler de lui.

Cette asso, SVP Papa, est assez proche idéologiquement d’une autre qui porte un nom similaire, SOS Papa. À première vue leur lutte est noble : défendre le droit des pères, injustement privés par la justice du droit de voir leurs bambins. Ils répètent : « 80% des domiciliations sont remises aux mamans ». Pauvres papas, condamnés à être seuls…

© Jean Ayissi. AFP

© Jean Ayissi. AFP

Ah bon ? Un juge aux affaires familiales donne ses chiffres et du coup on relativise un peu ce que tente de nous faire croire les assos sus-citées.

1- Dans 50% des cas, les divorces se passent « à ‘l’amiable ». Les parents passent devant le juge en étant d’accord sur tout ou presque, y compris sur la question des enfants. Majoritairement, les bambins restent effectivement au domicile maternel mais avec l’accord du père qui ne demande jamais l’inverse.
2- Dans l’autre moitié des cas les divorces font l’objet de luttes. Mais celle-ci portent peu sur les enfants. C’est surtout les questions financières qui posent problème. Au final il y a des batailles pour la garde des enfants dans seulement 6,5% des cas de divorce.
3- Quel que soit la personne qui a  la garde des enfants, l’autre parent conserve un droit de visite important. Il n’est retiré que pour des cas bien précis : violences, alcoolisme, agressions sexuelles, etc.

Alors certes les enfants restent majoritairement chez les mères, mais c’est d’abord parce que ça arrange bien les pères .

Allez hop ! Petit détour historique avec Patrick Jean, cinéaste engagé dans les questions d’égalité des sexes :

Il est peut-être important de rappeler que, dans nos pays, lors d’une séparation, les enfants n’ont été confiés aux mères que depuis un siècle. En effet, jusqu’au début du XXe siècle, le père avait tous les droits sur ses enfants et les confiait bien souvent à une de ses proches. En France, jusqu’à la loi de 1970, il n’était question que des pères. Cette loi instaura la notion d’autorité parentale conjointe et partagée. Les « parents », égaux en droits avant séparation, vont l’être aussi après le divorce et remplacer les « père » et « mère ».

Un but a priori noble donc – la défense des pères – mais qui ne tient pas la route devant la réalité des faits. Pourquoi se mobilisent ces gens-là alors ?

Pour ce qu’on appelle improprement le « masculinisme », en vérité un combat anti-féministe et anti-homosexualité. Une sorte d’apologie du système patriarcal sur le mode « c’était mieux avant… quand on pouvait taper nos femmes, voire nos gosses, sans qu’elles aillent voir le juge». Ce mouvement réunit des gens charmants bien qu’un peu obsédé par la théorie du complot. Pour preuve cette citation extraite d’une tribune signé par le président de SOS Papa :

Le «mariage gay » est une des dernières étapes d’un long processus conduit par le lobby lesbio-féministe pour obtenir les enfants qu’elles ne peuvent produire elles-mêmes entre elles.

Je vois là ce type de discours – déjà vus avec la prétendue « théorie du gender » – tenus par des personnes en position de dominants qui fantasment une conspiration montée contre eux, conspiration des féministes, des gays, des lesbiennes… bref de tous ces horribles gens pour qui la persistance du patriarcat est problématique.

Le réalisateur du documentaire La Domination masculine avait déjà approché au Québec ce mouvement réactionnaire. Les propos tenus sont assez effrayants, mélangent tout et n’ont pas peur de la violence. En France des individus comme Éric Zemmour sont dans la même démarche. Sur les plateaux télés ou dans son essai Le Premier Sexe, c’est en gros le message qu’il brandit. (Je n’arrive pas à remettre la main sur la vidéo où il affirmait que les femmes étaient en manque d’une « agressivité civilisée » de la part des hommes, ou quelque connerie de ce genre…)

J’ignore si ces grues masculinistes qui amorcent un mouvement politique auront la même virulence qu’outre-atlantique, mais il y a de quoi rester sur ses gardes…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Sexes, genre, sexualités

2 réponses à “Les Grues masculinistes

  1. Anaradeubal

    La vidéo de Zemmour en question, ne serait-ce pas celle-ci? http://www.youtube.com/watch?v=M5aGzTVv-9I

    • Non ce n’était pas celle ci. Zemmour était sur un plateau télé et il faisait directement la promo de son livre (et de la thèse qui va avec).
      Mais la vidéo que tu postes révèle un joli lot de conneries aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s